14/03/2006

Préservons la Vesdre, cadre de vie !

Vesdre, cœur en boule

 

La rivière coule,
En pleurs.
Son maïeur au grand cœur
Ne veut plus son bonheur.
Quel malheur !

 

La ville croule,
Y a plus foule.
Des promoteurs
Comme unique sauveur ?
Quel malheur !

 

Le béton coule,
Toujours le même moule.
Fini les chanteurs,
Place aux maîtres-chanteurs.
Quel malheur !

 

dth

Mars 2006

00:11 Écrit par nic | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

BIEN DIT CE POEME..........SIGNIFICATIF

Écrit par : papa110 | 14/06/2008

Les commentaires sont fermés.