30/03/2006

Liège-Verviers: Mégacomplexe sans concurrence?

C'est marrant, je m'attendais à plus de réaction contre l'humour (si on peut appeler cela ainsi) que j'avais lancé au sujet du projet Spintay-Vesdre.  Mais aussi... je ne compte plus ceux qui veulent la suite des vidéos !  Merci à vous tous pour les mails et autres formes d'encouragements. 

Sachez aussi que je ne m'étais pas inscrit au concours de la Fête de l'internet, pas plus qu'au festival "au film de l'eau".  Comme je fais tout sans budget, sachez que mon action n'a dès lors pas de prix...

 Mais revenons au sujet que je tiens à développer aujourd'hui.

Les mégacomplexes commerciaux jouent-ils le jeu de la concurrence?

Prenons un exemple réel et présent qui vient de se vivre à Liège.  Tout d'abord, je résume la situation commerciale liégeoise en divisant les localisations commerciales en trois zones: 1) zone hypercommerciale périphérique urbaine, 2) zone hypercommerciale urbaine, 3) zone commerciale traditionnelle urbaine.

Le succès des complexes commerciaux périphériques réside dans la mobilité (proximité des grands axes routiers), la complexité de l'offre, dans leurs parkings gratuits, et souvent des prix avantageux.

Le projet de Foruminvest serait à placer dans la deuxième catégorie, celle de complexes commerciaux urbains, au coeur du centre des villes ou des zones d'habitats. Pour Liège, je ne mentirais pas si je vous dis que le complexe du Longdoz "survit"; tandis que les galeries de la Place St-Lambert donnent l'impression d'une très bonne santé alors qu'en face sur l'Îlot St-Michel, c'est plus du passage que des achats. Pour ce dernier complexe, ne vont-ils pas déjà revoir leur copie en y installant d'immenses verrières qui pour ma part serviront plus à économiser les parapluies qu'une réelle relance des ventes?

Et Verviers dans cette histoire? La situation pourrait être identique à la fois au complexe du Longdoz, des Galeries St-Lambert et de l'Îlot St-Michel. 

Cela mérite quelques explications.

La première ressemblance urbaine (style Longdoz) pour la situation avec un environnement de proximité en décrochage avec les ambitions des promoteurs. 

Augmenter la fracture sociale des quartiers?

A Verviers, on risque d'augmenter la "fracture sociale" entre les quartiers privilégiés et défavorisés.  Le camp retranché du complexe commercial Spintay va territorialiser et canaliser la mobilité piétonne voisine.  Un pur retour au Moyen-âge avec des enceintes fortifiées, "Portes" sécurisées, octrois et péages, couvre-feu imposé, interdictions de toutes sortes.  Le sentiment sécurité-insécurité sera trop flagrant alors qu'il est actuellement équilibré. Le promoteur devient le seigneur local après avoir "vassalisé" les autorités communales et quelques bourgeois.  L'investisseur envahit l'espace public à sa guise, tout en confisquant les droits et libertés de circuler des citadins et usagers de la ville.

"Déforestation" commerciale urbaine?

La deuxième ressemblance est celle avec les galeries St-Lambert et certaines enseignes "gloutonnes" envers les petits et moyens commerces.  Il faut savoir qu'une grande enseigne "bouffe" tout sur son passage.  Elle écrase les prix et dévore les concurrents. C'est de la "déforestation" commerciale urbaine !   Les rapports commerciaux sont complètement déséquilibrés et la concurrence est insupportable.  A Liège, le secteur audio-hifi-électronique a été ébranlé par Mediamarkt.  Il y a quelques jours, on apprenait la faillite d'un commerçant liégeois comme "Hifi Maréchal" (une "référence" du commerce liégeois), avec pour cause probable la concurrence du géant de l'électronique. 

Cela ne veut pas dire qu'il ne faut pas de complexe commercial, mais il faudra s'attendre à de sérieux bouleversements parmi les commerçants locaux et régionaux.  Au niveau de l'emploi, dites-vous bien que ce qu'on gagne sans doute d'un côté, on le perdra d'un autre. C'est vrai qu'un commerce comme Médiamarkt engagerait au moins 30 personnes, mais on perdrait combien à Verviers, Dison, Spa, Theux, Herve, Pepinster,...  Voilà qui pourrait aussi faire réfléchir tant les classes moyennes que les organisations syndicales qui ont l'expérience du terrain et qui ne cèdent pas béatement aux chants des sirènes comme le font les drôles d'hurluberlus de "nouveauverviers". Je l'affirme une fois de plus, le projet Spintay-Vesdre doit être géré comme une entreprise familiale, avec une vision de stabilité, de continuité et d'intérêt général, de qualité, d'intégration et de développement durable.  A ce niveau, il ne doit y avoir aucune place pour de la spéculation. 

Kif-kif: Verviers-Spintay, Liège-Haute Sauvenière?

La troisième ressemblance pourrait être avec celle de l'Îlot St-Michel à Liège. On passe beaucoup, mais on achète peu.  Et les alentours n'ont pas suivi la revitalisation tant promise par la Ville de Liège et les... promoteurs. Allez voir la rue Basse et Haute Sauvenière...  Alors que la rue est voisine du nouveau complexe, elle ressemble à la rue Spintay actuelle ou la rue de Heusy!  Un commerce sur deux est fermé ! La revitalisation n'a pas joué dans ce passage pourtant très fréquenté.  A réfléchir ! En cas d'offre commerciale bien étoffée à l'intérieur du ghetto commercial, qu'irait-on encore chercher à l'extérieur complètement étouffé? Préparez déjà les idées de commerces superspécialisés et typés de l'introuvable, sans quoi... vous fermerez boutique !

Si ça foire, qui payera les "ponts" cassés?

Je vous dirai une fois de plus qu'il ne faut pas couvrir la Vesdre car la Vesdre est un élément architectural vivant remarquable de la Ville de Verviers, mais j'ajouterai encore que Foruminvest a commis de nombreuses erreurs d'appréciation dans leur logique d'investissement. Et ces erreurs qu'il faudra réhabiliter, même si c'est leur argent qui est investi au départ, ce seront les Verviétois qui en payeront les "ponts" cassés alors que les promoteurs auront pris la poudre d'escampette !

21:53 Écrit par nic | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.