23/04/2006

Il y a 100 ans, Verviers centre-ville sous eau !

La Vesdre bordée de maisons et sous les inondations. 

Il y a 100 ans (février 1906), Verviers connaissait une de ses plus importantes inondations.  Presque tout le centre-ville était sous eau.  Le niveau de la Vesdre arrivait au tablier du Pont des Récollets ! (voir au fond à gauche de la photo)

(comparez les niveaux de la Vesdre avec la carte postale publiée dans mon article du 21 avril)

Les deux rives de la Vesdre étant bâties, et n'ayant plus assez d'espace dans son lit, la Vesdre ne pouvait que déborder.  Les maisons de la rue du Marteau débutaient au "Café du Chêne" (aux environs de la sortie de la trémie près du Pont du Chêne).

D'après les calculs des bureaux d'études et universités, une telle inondation ne serait plus possible avec la configuration du complexe commercial qui recouvrirait la Vesdre puisqu'ils auraient prévu de diviser la Vesdre en deux, mais aussi de l'élargir sous la dalle.

Mais dois-je le souligner..., le problème de l'étroitesse de la Vesdre se situe surtout en amont du Pont des Récollets.  En consultant d'anciennes cartes, on retrouve facilement les zones inondables du vieux Verviers.  Ces zones furent souvent et logiquement les dernières construites par besoin d'occuper le centre-ville.  Mais il ne faudrait pas une crue centenaire, voire millénaire, même avec les barrages d'Eupen et de la Gileppe: les rues du Collège, du Gymnase, Martyr (place), Marteau, Brou et Xhavée, Harmonie donneraient des airs de Venise à Verviers.

Une rivière (comme la Vesdre), c'est un élément naturel à ne jamais sous-estimer.  Ceux qui cataloguent les défenseurs de la Vesdre de rêveurs nostalgiques, plongés dans un lyrisme enchanteur, manquent énormément d'imagination et de clairvoyance. Nous défendons la qualité des rivières, de l'eau, de la qualité du cadre de vie (et pq pas du cadre de "vue").  Si on n'avait pas combattu les mentalités iconoclastes comparables aux éléments "pro-foruminvest", on en serait toujours à une Vesdre nauséabonde.  Il a fallu plus qu'une décennie pour que la Vesdre retrouve ses marques!  Nous devons rester vigilants et ne pas accepter les démarques et dégradations de l'éphémère. L'avenir de la société humaine est dans les valeurs respectueuses de tous les milieux, mais aussi dans leur développement durable.  La Vesdre fait partie de ces "petits leviers" durables qui améliorent le cadre de vie. Défendons-la des agresseurs et envahisseurs qui ne voient que leurs intérêts (souvent financiers) et petites glorioles capricieuses et personnelles!

20:45 Écrit par nic | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.