18/05/2006

Verviers: droit paysager de la Vesdre urbaine

Au risque de me répéter, je vais une fois de plus revenir sur un point essentiel (parmi tant d'autres) lié directement au projet "Spintay": il s'agit de ce que j'appelle le "droit paysager urbain".  

Certains pourraient me reprocher de ne pas avoir mis aussi fort en avant l'intérêt paysager de la Vesdre urbaine.  C'est vrai et faux à la fois: dans une société démocratique, tout se fait petit à petit, d'une manière souvent réfléchie et concertée.  Mais il y a des exceptions, et c'est souvent l'urgence, la menace ou le danger qui fait accélérer certains processus réactionnels.  Prenez l'exemple des armes, des chiens dangereux, des catastrophes, des crises, des projets fous, des ..., je m'aperçois que ces causes produisent elles-mêmes leurs propres réactions "décélératrices".   Des réactions qui visent à rétablir l'équilibre initial. 

Dès lors, je peux vous garantir que je n'ai pas attendu Foruminvest et son projet démentiel ou l'attitude FNiste du bourgmestre Desama pour dire que la Vesdre méritait le détour, que les notions de patrimoine-eau-environnement répondaient à des besoins fondamentaux souvent immatériels, que la démocratie était importante, que la citoyenneté était un droit fondamental.  Mais est-il encore nécessaire de se justifier lorsqu'on est bénévole dans toutes ces actions?

Savez-vous aussi que certains "braves" socialistes communaux verviétois vont jusqu'à donner des leçons de politique, de démocratie et de citoyenneté à la jeunesse alors qu'ils font tout le contraire sur le terrain communal.  Si cela n'est pas de la manipulation et de la propagande électorale! Pire encore, ils se rendraient volontiers dans les établissements scolaires avec leur prosélytisme malsain.

Cela me rappelle le Contrat d'avenir établi par le PS (une sorte de Plan Marshall de la fin des années 90) et auquel tout Wallon devait croire.  Vous voyez que le PS vous en met plein les yeux tous les 5 ans alors que lui s'en met plein les poches!  Mais attention, lorsque les citoyens demandent à appliquer les beaux textes, à mettre en oeuvre les belles paroles, RIEN n'est possible, n'est prévu ou n'est réalisable.  C'est comme un ticket de Presto, tout beau tant que t'as pas gratté et découvert qu'il n'y a rien là-dessous!

Alors revenons-en au sujet du DROIT PAYSAGER URBAIN

(pour plus d'infos, voyez mon "Plaidoyer pour la Vesdre urbaine", archives de janvier 2006)

(tout s'explique: histoire socio-économique du paysage urbain "Vesdre urbaine naturelle")

Je pense qu'une matière aussi complexe qu'une revitalisation urbaine devrait être traitée selon un processus que je définirais comme une Gestion Analytique, Opérationnelle et Dimensionnelle du Territoire. Avec un point important à l'aspect dimensionnel: tant matériel qu'immatériel, tant la dimension objective que subjective! C'est sans problème que "ma" méthode pourrait compléter des outils déjà existants comme le "Tableau de bord du développement territorial" (TBDT). Le processus de gestion est relativement simple: détection, recensement, définition, classification, appréciation, intégration-relations, projection-anticipation-évolution, contrôle-surveillance, protection. Avec un point tout particulier à la Gestion des problèmes, des difficultés et des risques de défaillance (un peu comme de l'AMDEC).

Pour l'aspect "paysage", tout reste encore à faire puisque cette notion s'est largement perdue et dégradée dans les esprits.  Le paysage n'a rien de virtuel, c'est du "physique pur", mais à valeur immatérielle.  Il en découle logiquement une revendication, un "droit", mais aussi un devoir. La notion de "paysage" englobe donc une conception spatiale et temporelle globale que certaines personnes ont très difficile à cerner.

C'est pour cela que j'affirme que la Vesdre fait partie intégrante du paysage urbain verviétois.

(tout s'explique: histoire socio-économique du paysage urbain "Vesdre urbaine semi-naturelle et arrière-boutiques".)

La Vesdre a une légitimité naturelle qu'un centre commercial ne peut supprimer.  La Ville de Verviers devrait être ravie de dire: "la Vesdre, c'est dans ma nature" ou "la Vesdre, c'est dans la nature de ma ville".  Surtout lorsqu'on sait que la Ville de Verviers peut très facilement concilier les activités commerciales sur TOUT son territoire en harmonie avec tous ses milieux et ressources.

Participez à mes sondages "Vesdre"

MERCI de consacrer quelques minutes aux trois sondages "Vesdre" que j'ai placés en ligne pour une durée d'un mois.

Pas vu ou trouvé ?  ils sont directement dans la colonne de gauche.

12:39 Écrit par nic | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Couvrir la Vesdre, oui ... ... mais uniquement avec de la laine !

Écrit par : biglodion | 18/05/2006

... tout bon ! Enfin une petite dose d'humour bien placée.

Écrit par : nic | 18/05/2006

Les commentaires sont fermés.