08/03/2007

Verviers: oser dire ce que la presse n'ose dire!

Une fois de plus, ce que la Presse dit et ce qu'elle n'ose pas dire dans le dossier Spintay.

Avant toute chose, je vais être clair: j'apprécie toujours autant le travail de la presse écrite régionale, même si parfois j'émets l'une ou l'autre critique à leur égard. La presse régionale est indispensable comme moyen d'informations. Son pouvoir est énorme. Tout au plus dois-je regretter qu'il n'existe plus de véritable presse d'opinion, celle qui s'engage dans de grands principes de société, celle qui osait exprimer des opinions parfois contraire lorsqu'il le fallait.  Dès lors que de nombreux sujets sont pour la plupart traités comme une matière commerciale ou des publi-reportages fournis clé sur porte par des agences de communication, les courants d'opinion se retrouvent au niveau des blogs et autres sites d'expression.  Les blogs au départ marginaux deviennent la norme d'expression. Certains quotidiens l'ont bien compris en ouvrant des forums parfois un peu trop encadrés (car liberté d'expression trop restreinte par le gestionnaire), d'où le retour aux sources des blogs d'opinions.

Je me pose parfois la question de savoir si ce que j'écris ne serait pas un peu trop osé? Que nenni, car après coups de plume, on me rappelle que j'ai souvent une analyse réaliste qu'il était bon de donner. J'ai été un des premiers à toujours dire que le projet-bis était du pipeau. Eh bien j'ai une fois de plus raison sans être un "voyant" extralucide (attendez la suite...), tout au plus accepterais-je le terme de "voyant rouge" aux idées plus extra-larges que médiums... 

Dans "Le Jour" du 7 mars, Catwoman (journée de la Femme oblige aujourd'hui), la jeune fille au pair mains-tenues au service de Desama dit texto:
"le projet-bis qui était sur la table en décembre, ce n'était rien". Si Catwoman dit vrai (accordéons-lui... le bénéfice du doute), cela voudrait dire que moi aussi je disais vrai presque UN an avant qu'elle ne s'en rende compte (si ça c'est pas fort!) ! Et donc que Desama nous menait (et nous mène toujours) en bateau sur la Vesdre. Enfin tant qu'il n'y a rien à voir, c'est qu'il n'y a rien à avoir! Wait and see...

13:00 Écrit par nic dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.