15/04/2007

Verviers: penser le commerce de A à Z

Il y a presque un an (voir archives 19 avril 2006, avec photos), je vous parlais de l'évolution du commerce verviétois à la fin du 19ème siècle avec l'apparition du Grand Bazar au coeur de la ville en 1890. 

Il faut reconnaître que l'arrivée de ce type de forme de distribution ne pouvait se faire qu'avec les surfaces et volumes adéquats. Cette formule nouvelle séduit directement la population qui découvrait et participait sans s'en rendre compte à cette première amorce de la société de consommation (phase 1900), liée quant à elle à une production de plus en plus industrielle et de masse.

A titre comparatif, Foruminvest n'a rien inventé avec son concept de "ville gagnante" ou de centre commercial urbain. En soi l'idée de relancer le commerce urbain n'est pas mauvaise, le tout est de le faire de la manière la plus harmonieuse (ou "harmonisante" selon les tendances) avec le cadre urbain (et donc de la manière la moins destructrice des atouts, éviter l'inutile comme la couverture de la Vesdre).

Et si l'exemple du Grand Bazar ne vous a pas convaincu, je vous en montre un second tout aussi marquant.

L' "Innovation" de Verviers (place du Martyr)

A Verviers, l' "Innovation", cette grande chaîne de distribution "nationale" est apparue à la même époque que le Grand Bazar.  (la photo ci-dessous a été oblitérée en 1903, remarquez les changements architecturaux de l'enfilade de maisons, et la notion de "vitrine" commerciale dans la façade de l'Innovation)

Verviers inovation 003 i

La concurrence était donc rude au centre-ville.  A partir de 1895-1900, deux nouveaux centres commerciaux distants à peine d'une bonne centaine de mètres en plein centre-ville! Mais faut-il encore le rappeler, le "petit" Verviers du début 1900 (donc bien avant les fusions des communes) globalisait 50.000 habitants (soit autant que le "grand" Verviers actuel!)! Un marché réel existait, surtout qu'il était lié au pouvoir d'achat de la population (classe ouvrière émergente, bourgeoisie), et avec des produits qui y répondaient ou créaient les besoins de les acquérir.

Verviers inovation 003 ii

Bref, l' "innovation" commerciale était relativement nouvelle, même si le terme de "bazar" résumait bien la diversité du marché concentré dans une sorte de ruche commerciale.

Mais les temps ont changé, tout bouge, et pourtant... l'histoire n'est qu'un éternel recommencement. D'autant en profiter pour en tirer des leçons.  Le problème est des fois que certains projets se bornent à ne pas tenir compte de la réalité et des enseignements du passé.  Il y en a souvent qui s'acharnent à savoir "mieux" que ce qu'il y a de mieux.  Vouloir réinventer la roue, c'est bien, c'est même du gaspillage.  Et si en plus certains trouvent original de vouloir la redéfinir carrée, on ne s'étonnera plus de l'absurdité de certains raisonnements et projets.

20:58 Écrit par nic dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

Quelques petites remarques si vous le permettez.
-Au débutdu 20ème siècle, le "petit" Verviers compte peut-être +/- 50000 habitants, mais pensez-vous que si on y ajoute les habitants des communes fusionnées à Vvs, le nombre de 54000 hab. (grand Verviers 21 ème siècle) serait de beaucoup dépassé? De plus, à cette époque, on se déplaçait essentiellement à pied et ces magasins touchaient une clientèle exclusivement urbaine. On peut estimer qu'un gros centre commercial actuel touche une clientèle dans un rayon de +/- 1 heure de route en voiture.
- En ce qui concerne les produits proposés par le Grand Bazar et l'Innvation s'adressait vraiment à toute la population . Je doute que le salaire de l'ouvrier lainier lui permettait de s'acheter plus que le strict nécessaire. (Par ex. en 1960, mes grand parents n'avaient pas de quoi se payer un frigo). Aujourd'huy, tout le monde fraquente les centre commerciaux( il n'y a qu'à voir la clientèle du Cora un samedi).
- L'avènement des grands magasins à la fin du 19ème siècle a également causé du tort au petit commerce qui a essayé, souvent en vain, de s'y opposer. (Relisez le reportage-fiction de Zola "Au Bonheur des dames"). Souvent, en économie, comme dans la vie, lorsqu'un mouvement est lancé, il quasiment impossible de l'arrêter et le plus fort ou le mieux adapté survit. D'ailleur, presque tous les "Grands magasins" style Inno sont en voie d'extinction, preuve qu'ils ne sont plus adaptés.

Écrit par : AL | 18/04/2007

En me relisant, je me rend compte que cette phrase:" En ce qui concerne les produits proposés par le Grand Bazar et l'Innvation s'adressait vraiment à toute la population" n'est pas celle que je voulait écrire. Lire plutot : "En ce qui concerne les produits proposés, le Grand Bazar et l'Innovation s'adressaient-ils vraiment à toute la population" .

Écrit par : AL | 18/04/2007

1900: on y revient, malheureusement... d'accord, et votre analyse complète bien la mienne. Mais vous comprenez aussi qu'il est impossible de résumer parfaitement les conditions de vie d'une époque en quelques lignes. On reste souvent dans le domaine de l'anecdotique, ou alors on tend à généraliser des situations.
J'ajouterai encore que le commerce voit de plus en plus grand en espace, en concentration, et en rayon d'action. Le succès annoncé n'est pas toujours au rendez-vous comme par exemple pour l'Outlet qui peine à se remplir. Je dirais que les "fameux" bureau d'études se sont bien plantés dans leur optimisme en donnant des prévisions faussées dans le sens où il me semble qu'elles ont été orientées dans le sens que les promoteurs attendaient. A l'Outlet, cet "optimisme" aveugle du miracle économique (très facilement décelable par des professionnels du secteur comme l'UCM) aurait très bien pu être mis en évidence. Il est en train de se payer cash au niveau de la rentabilité de certains loyers. Mais enfin...
Comme on le voit avec certains commerces et "tranches de marchés", on en est même revenu à la forme du... troc!
Et de vous citer:
"En ce qui concerne les produits proposés par le Grand Bazar et l'Innovation s'adressaient vraiment à toute la population . Je doute que le salaire de l'ouvrier lainier lui permettait de s'acheter plus que le strict nécessaire."
Je reprendrai exactement le même raisonnement avec le nouveau projet de centre commercial (Foruminvest), pensez-vous que les "sans", les "bas et petits revenus", les populations désargentées de certains quartiers défavorisés proches de Spintay (et autres plus lointains) auront le pouvoir d'achat suffisant que pour acheter dans ce méga-centre. Ouvrons les yeux et voyons aussi qu'une bonne part des personnes se promenant en ville n'ont guère d'élasticité dans leur pouvoir d'achat. Ces personnes "figurantes d'acheteur" sont limitées à faire du lèche-vitrine.
Je sais, il n'y a plus d'ouvriers lainiers à Verviers, mais il y a toujours de plus en plus de pauvres qui sont de plus en plus pauvres! Et malheureusement, il y a de moins en moins de riches (même si ceux-ci sont statistiquement de + en + riches).
Socialement, on se rapproche plus de 1900 qu'on s'en éloigne! Après le secteur primaire, les politiques laissent filer tout le secteur industriel à la casse!
Faut encore moins croire ceux qui disent que Foruminvest va créer plus de 1000 nouveaux emplois (sans transferts!). On connait la musique...

Écrit par : nic | 18/04/2007

Bonjour Nic,

Je serais très intéressée d'avoir accès, en bonne résolution, aux deux photos de l'Innovation de Verviers.

Comment puis-je faire pour me les procurer, par mail ou par la poste, si c'est une carte postale ?

Je vous remercie d'avance pour votre réponse,

Lauranne Garitte

Écrit par : Lauranne | 02/10/2014

Les commentaires sont fermés.