18/04/2007

Verviers: la Vesdre au sens propre?

Verviers Ville d'eau, contrat de rivières et Opération Rivières Propres.

C'est à tête reposée (et donc pas à chaud) que je relis avec plaisir la communication de la Ville de Verviers dans la Quinzaine de mercredi dernier (11 avril 2007, p. 84).

Catherine Lejeune, l'échevine de l'Urbanisme et de l'Environnement lance un appel à la participation à l'opération "Rivières propres". En résumé, elle dit qu'il faut s'attaquer à la pollution de la rivière et de ses berges. Déjà que je trouve qu'un  sachet de poubelle, un téléviseur, un caddy n'ont rien à faire dans la rivière, imaginez alors avec un complexe immobilier qui recouvrirait la rivière.  Faut rester logique, M'dame Ktrine!

Faut pas m'en vouloir, mais j'sais pas dans (ou à) quel sens je l'ai pris, toujours est-il que cela m'a poussé à ma propre réflexion...

vesdre propre 2007 397i

21:25 Écrit par nic dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

 Verviers réchauffement climatique: faut-il prendre la mouche?

"Y a plus d'saison!" disait-on autrefois; de nos jours et pour montrer qu'on suit l'actualité de près, on le déclinera à la ratatouille du "réchauffement climatique". 

Le temps sec (sans une goutte de pluie il est vrai) et anormalement chaud des quinze premiers jours de ce mois d'avril 2007 a favorisé la pousse rapide des premières feuilles mais a aussi boosté la prolifération des insectes en tous genres.  Vous avez sans doute été plusieurs à remarquer de nombreuses concentrations (anormales en avril) de mouches comme ici au centre-ville.

Verviers 14avr2007 020 i

Alors 2007, année des insectes? Bzzzzzzzzzzzzz

20:06 Écrit par nic dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

16/04/2007

Verviers: Pierre Rapsat met "Du bleu dans les nuages"

Vous avez sans doute été nombreux à regarder et apprécier l'émission de la RTBF consacrée au cinquième anniversaire de la disparition de Pierre Rapsat. Un bel hommage de la part de sa famille, de ses amis de toujours et de ses proches. Mais aussi une émission sous le signe de l'espoir et de l'avenir comme Pierrot aimait les mettre en avant dans ses chansons comme dans son quotidien.

Du bleu dans les nuages

Et puis "Du bleu dans les nuages", cette chanson inédite interprétée avec beaucoup d'émotion par Alexis, son neveu. Inédite parce que inconnue du public; inédite parce que sans doute la toute dernière chanson écrite par Pierre en 2002. 

A l'écoute des paroles, je suis presque certain qu'il s'agit d'une chanson de printemps et de Vie.  Cette ambiance "cumulus" reflète une forte inspiration des bords de Vesdre (que l'on retrouve également un peu partout, il est vrai).

Ecoutez ces refrains de Pierrot:
"Du bleu dans les nuages
cette fenêtre, cette ouverture,
cet espoir dans l'azur,
cette caresse qui rassure,
j'en voudrais davantage"
...
"Le jour se lève sur la ville
la vie s'emballe déjà (ou file...???)
que sera demain notre façon d'être
selon ce qu'il y a au-dessus de nos têtes"
...
"Ce bleu dans les nuages
ça me rappelle quelque chose
ces cumulus qui s'imposent
c'est l'eau qui arrose
le bleu calme davantage"
...

Si je devais illustrer cette chanson, je choisirais le ciel de fin mars sur Verviers ou les cumulus de juin (voir photo)

verviers 06juin2006 001 i

A cette époque, je collaborais avec l'IRM à la réalisation d'une étude sur l'aperçu climatique du plateau des Hautes-Fagnes (publiée en novembre 2001).  J'avais la tête dans les nuages car j'assurais aussi l'aperçu visuel du climat. En 2002, la Région wallonne prévoyait déjà l'année "Air" avec les dessins de Folon. La chanson de Pierrot était de circonstance.  Ma plume s'égarait souvent dans les nuages sur lesquels j'avais écrit ce refrain à l'encre bleu:

"Lève les yeux
regarde le ciel bleu
lève les yeux
regarde les cieux
dans le blanc des yeux"

et encore:

"L'air est immonde
le monde gronde
le ciel tombe
vers les catacombes
des cumulus
pour tumulus
l'air est à l'argus."

13:01 Écrit par nic dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/04/2007

Verviers: penser le commerce de A à Z

Il y a presque un an (voir archives 19 avril 2006, avec photos), je vous parlais de l'évolution du commerce verviétois à la fin du 19ème siècle avec l'apparition du Grand Bazar au coeur de la ville en 1890. 

Il faut reconnaître que l'arrivée de ce type de forme de distribution ne pouvait se faire qu'avec les surfaces et volumes adéquats. Cette formule nouvelle séduit directement la population qui découvrait et participait sans s'en rendre compte à cette première amorce de la société de consommation (phase 1900), liée quant à elle à une production de plus en plus industrielle et de masse.

A titre comparatif, Foruminvest n'a rien inventé avec son concept de "ville gagnante" ou de centre commercial urbain. En soi l'idée de relancer le commerce urbain n'est pas mauvaise, le tout est de le faire de la manière la plus harmonieuse (ou "harmonisante" selon les tendances) avec le cadre urbain (et donc de la manière la moins destructrice des atouts, éviter l'inutile comme la couverture de la Vesdre).

Et si l'exemple du Grand Bazar ne vous a pas convaincu, je vous en montre un second tout aussi marquant.

L' "Innovation" de Verviers (place du Martyr)

A Verviers, l' "Innovation", cette grande chaîne de distribution "nationale" est apparue à la même époque que le Grand Bazar.  (la photo ci-dessous a été oblitérée en 1903, remarquez les changements architecturaux de l'enfilade de maisons, et la notion de "vitrine" commerciale dans la façade de l'Innovation)

Verviers inovation 003 i

La concurrence était donc rude au centre-ville.  A partir de 1895-1900, deux nouveaux centres commerciaux distants à peine d'une bonne centaine de mètres en plein centre-ville! Mais faut-il encore le rappeler, le "petit" Verviers du début 1900 (donc bien avant les fusions des communes) globalisait 50.000 habitants (soit autant que le "grand" Verviers actuel!)! Un marché réel existait, surtout qu'il était lié au pouvoir d'achat de la population (classe ouvrière émergente, bourgeoisie), et avec des produits qui y répondaient ou créaient les besoins de les acquérir.

Verviers inovation 003 ii

Bref, l' "innovation" commerciale était relativement nouvelle, même si le terme de "bazar" résumait bien la diversité du marché concentré dans une sorte de ruche commerciale.

Mais les temps ont changé, tout bouge, et pourtant... l'histoire n'est qu'un éternel recommencement. D'autant en profiter pour en tirer des leçons.  Le problème est des fois que certains projets se bornent à ne pas tenir compte de la réalité et des enseignements du passé.  Il y en a souvent qui s'acharnent à savoir "mieux" que ce qu'il y a de mieux.  Vouloir réinventer la roue, c'est bien, c'est même du gaspillage.  Et si en plus certains trouvent original de vouloir la redéfinir carrée, on ne s'étonnera plus de l'absurdité de certains raisonnements et projets.

20:58 Écrit par nic dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

10/04/2007

Verviers: pour une architecture "de rivière"

Laissant momentanément sur le côté les bas-côtés du dossier de revitalisation du quartier Spintay, j'en profite pour revenir sur le fond du problème, c'est-à-dire l'intégration architecturale urbaine et socio-économique du complexe commercial au coeur de la ville et prévoyant la couverture de la Vesdre au niveau de la longueur des quais Brel et Rapsat sur environ 200 mètres.

Bon, il est vrai que le projet "bis" est toujours attendu avec impatience au niveau des alternatives apportées au premier projet. Il est clair qu'il ne suffirait pas de changer l'un ou l'autre détail pour créer la surprise d'une meilleure prise en compte de l'élément "Vesdre" dans l'ensemble du projet de revitalisation. Au contraire, si le projet "bis" devait se dessiner comme novateur par rapport au premier, il faudrait qu'il change radicalement son approche urbanistique de l'élément "Vesdre" en intégrant la conception de l'espace rivière comme charnière centrale de son projet.

Encore une question: quel est l'architecte "fantôme" du premier projet "Spintay"?

Rappelez-vous début 2007, même Madame "Soleil", qui en connaît un rayon en boutiques à Verviers et qui a prévu Johnny à Verviers, n'a pas été capable de donner le nom de l'architecte...

Oui et à part ce petit côté humoristique et divertissant, il y a toujours des questions qui appellent des réponses et des questions! Je m'étonne du peu de publicité qui est fait sur l'auteur du projet de la revitalisation Spintay.  Imaginez: un projet de 165 millions d'euros qui n'aurait pas de nom ni de visage... Etonnant!  (si cela vous en dit plus, et en complément d'infos suite aux premières remarques, je précise: voir photos ci-dessous. Le nom du bureau d'architecte (sans les noms des auteurs) est brièvement cité sur le site de Foruminvest: http://www.lesrivesdeverviers.be/)

foruminvest architecte i

D'autant plus que tous les "grands" (et parfois même petits) projets sont toujours signés.  Quelques exemples: place St-Lambert à Liège, nouvelle Gare des Guillemins et futur projet d'esplanade,  Aqualis à Spa,...  Même lorsqu'un projet est fortement contesté (à tort ou à raison), il a un auteur et donc un nom: souvenez-vous du projet "Noirhomme" de la route de contournement de Spa.  Par contre, ici avec Foruminvest, il n'y a pas de nom (du moins donné au public).  La gêne?????  Les plans se seraient-ils dessinés aussi simplement qu'un parcmètre vous imprime son ticket! Mais enfin, il y a bien eu quelqu'un (un architecte?) qui a eu cette idée ("géniale-stupide-osée-irréfléchie-déplacée-originale-lumineuse"; faites votre choix) de se borner à vouloir couvrir la Vesdre.  Je pense personnellement que le projet est plus sorti d'une calculette que d'un raisonnement architectural sérieux, ambitieux et d'avenir. Le prix de revient du m² a sans doute dicté sa loi architecturale de bas niveau.  L'implantation a, me semble-t-il, été imposée par la rentabilité à en retirer, avec ses marges et ses limites en tous genres.  Ce processus peut être "acceptable" dans un environnement "banal" qui ne dispose d'aucune contrainte très spécifique au niveau urbanistique (comme dans les zonings où c'est la fonctionnalité qui prime). C'est tout le contraire dans un environnement de qualité comme un espace "rivière urbaine" dans un centre-ville.

En matière de ce que j'appelle "l'architecture de rivière", c'est toujours la fonctionnalité qui s'adapte au monde environnant: la ville s'adapte à la rivière en évitant une relation conflictuelle avec l'élément qui lui apporte une plus-value globale et intemporelle.

Dans le projet "Forumivest", on s'aperçoit dans le choix qu'ils ont de s'efforcer de la couvrir, qu'il n'existe aucune intégration au monde de la rivière.  Le projet Foruminvest est en conflit avec la Vesdre car il "casse" la relation de rapprochement naturel et universel entre le citadin  et la rivière (Verviers, Capitale de l'Eau!).

Il n'y aurait donc aucun architecte qui serait prêt à composer avec la rivière????  Quand un projet est mauvais, il faut l'abandonner et repartir sur de bonnes bases.  Foruminvest ou pas, peu importe le concepteur (et pas promoteur), l'important est la qualité du projet et l'adaptation de son architecture aux différents milieux qu'il traite (rivière, relief, espace public, commerce, habitat,...).

L'Architecture (avec un grand "A", celle dont on se souvient, de l'Antiquité à nos jours) est assez intelligente que pour concilier tous les aspects contraignants et qualitatifs d'une ville moderne avec des éléments historiques.  La Ville de Verviers a malheureusement imposé le projet "unique" sans possibilité du choix de la concurrence ouverte.  Ce qui m'étonne, c'est que même pour de petits achats de quelques milliers d'euros, la Ville doit passer par une comparaison d'offres; que pour engager du personnel, elle passe par une sélection de recrutement; et que pour un projet de revitalisation "historique" pour Verviers, il n'y ait eu aucun appel d'offre européen permettant une concurrence, mais surtout un CHOIX.  Il y a toujours plus dans deux têtes que dans une...

A Verviers et en bord de Vesdre, exigeons le principe d'une architecture de rivièreC'est là une richesse à très long terme pour toute la vie d'une ville!

12:58 Écrit par nic dans Général | Lien permanent | Commentaires (18) |  Facebook |

30/03/2007

A Eupen, exposition "River in the city"

Pour les amateurs d'expo citoyenne, la petite exposition bien sympa "River in the city" qui se tient encore pendant une semaine à Eupen (Bergstrasse 41). 

Comme j'ai dû un peu chercher pour trouver (je voyage pas encore au gps), je vous refile mon accès pratique : Eupen ville-haute, descendre la place du Marché (Marktplatz) pendant environ 300 mètres vers la ville-basse, côté droit de la rue, attention la photo est prise dans l'autre sens, mais le bâtiment reste... le même).

eupen 29mar2007 011i

Sur base d'un support postal et de la liberté d'expression (artistique), plusieurs exemples de rivières et ruisseaux dans les villes y sont mis à l'honneur en vitrine.

On y découvre quelques vues de Verviers.

00:16 Écrit par nic dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

28/03/2007

Verviers: Vesdre ludique et puzzles

Après le « Plaidoyer pour une Vesdre urbaine aérienne » (janvier 2006), les timbres « Vesdre Patrimoine » (2006), le livre-album « Verviers Vesdre Ardenne Bleue » (janvier 2007 et disponible en librairie à Verviers) et les derniers timbres « Journées de l’Eau, Vesdre 2007 », j’ai décidé d’approcher la rivière sous un nouvel angle (les projets en attente ne manquent pas ! sauf ce qui est des budgets où il ne faut pas espérer de sponsorisation en faveur de la promotion de la rivière et de son environnement), celui du jeu de société, et plus particulièrement le « puzzle ».

J’ai choisi quelques vues significatives de la Vesdre urbaine verviétoise mais aussi des sources de la Vesdre (Fagne du Steinley sur les hauteurs d’Eupen), pour les intégrer dans le concept-jeu du puzzle.  L’avantage de ce jeu est qu’il est à vocation constructive.  Car il faut toujours "positiver" dans le sens le plus favorable à l'intérêt général (ici le concept universel de la "rivière dans la ville").

puzzle vesdre 2007 010 i

Mais revenons-en à nos pièces du puzzle.  Ce jeu fait non seulement travailler la tête mais également les mains puisqu’il s’agit de faire ressortir une image par l’assemblage des pièces volontairement piégeuses par les couleurs et la forme.  Le tout est de réaliser les bons choix selon une stratégie que chacun définira à sa manière (par où commencer ???).  Et savez-vous que chaque image répond à sa propre modélisation de jeu avec ses modes opératoires individuels calculés ou aléatoires. 

On peut y jouer en solitaire ou avec un ou plusieurs équipiers.  Ce jeu favorise le sens de l’observation, de la visualisation partielle et globale, de l’orientation, et demande une bonne dose de patience.

Mon choix s’est porté sur le grand format 30x45 cm mais de seulement 150 pièces (bon compromis pour des enfants, ou pour une durée d'assemblage pas trop longue). 

En choisissant des vues de la Vesdre, j'ai voulu permettre au public de reconstruire des paysages familiers.  Par ces « fenêtres » bien ouvertes sur son environnement local et régional, cela change des puzzles habituellement dédiés à la montagne, aux mers tropicales, aux personnages de dessins animés, et autres motifs animaliers.

Des puzzles de la Vesdre, il fallait y penser et cela est original, tant pour des enfants que des adultes qui pourraient très facilement se laisser prendre au jeu de le réaliser en un minimum de temps.

Globalement, soyons pour la planète bleue,
Concrètement, choisissons la Vesdre!
(lors de la consultation populaire, Verviers)

20:07 Écrit par nic dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |