21/12/2006

Verviers ville solidaire des plus démunis

verviers solidaire2006 012 i

Ouvert jusqu'au 24 décembre sur la place Verte, le chalet et les animations de l'opération "Verviers, ma ville solidaire". N'hésitez pas y déposer vos dons comme vous l'avez sans doute fait avec l'action "caddies solidaires" du week-end dernier. Suivez leurs actions sur http://www.verviersmaville.be/.

verviers solidaire2006 002 i

17:14 Écrit par nic dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Verviers et fêtes de fin d'année: ma p'tit campagne... boire ou conduire...

Les fêtes de fin d'année approchant, je vous propose une petite campagne "Bob et Bobette" en deux temps (la suite viendra vendredi ou samedi). Y a rien de moralisateur, rassurez-vous; juste un soupçon d'humour "on the rocks".  De quoi faire la fête en toute tranquillité! Faites surtout pas attention à mon wallon en voie d'extinction...

trop bu 053 i

Et tant qu'on y est, voici aussi ma dernière carte de voeux de citoyenneté "Verviers - Vesdre 2007" avec comme symbole l'Hôtel de ville et son fronton "Publicité, sauvegarde du Peuple".

voeux 2007 i

(tirage limité à seulement 30 timbres "La Poste", alors que j'aurais bien voulu le faire à 1000 exemplaires en faveur d'une action sociale de Noël.  L'an prochain très certainement!)

10:53 Écrit par nic dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/12/2006

Verviers: délocalisation ville-périphérie?

Il y a quelques jours, je lisais dans un quotidien régional qu'une entreprise "de la ville" déménageait à la périphérie campagnarde. Dans un autre quotidien tout autant régional, je lisais cette fois que le bourgmestre Desama s'étonnait de la perte d'entreprises à Verviers. En résumé, il accusait indirectement SES habitants de décourager les entrepreneurs.  Les habitants-riverains d'entreprises seraient un peu trop difficiles et ne supporteraient plus les activités industrielles. 

Dans un sens il n'a pas tort, tout en sachant que dans toute société humaine, il y aura toujours des stroumpfs grognons; mais dans l'autre sens, c'est un peu trop facile comme raisonnement.  Serait-il nostalgique d'une organisation sociale où l'ouvrier devrait crêcher au pied de son usine sans broncher?  Les travailleurs se sont battus pour des droits sociaux et des conditions "humaines" de travail, pourquoi n'en serait-il pas de la sorte avec la qualité de la vie urbaine. 

Les pollutions urbaines se sont modifiées, les fumées et rejets nauséabonds ont fait place aux incivilités diverses comme les poubelles sauvages, les gaz d'échappements, les crottes de chien; les bruits des machines remplacés par les pétarades des scooters et autres véhicules tunés "décibels".  Et puis tout le reste...  Dans un certain sens, le citoyen est devenu plus exigeant, voire plus difficile si pas irritable et parfois violent!   Il est aussi tout à fait légitime d'aspirer à un environnement de qualité, quel que soit le quartier où l'on habite, de bonne ou de moins bonne réputation fut-il.

C'est clair et c'est pas neuf, les villes se sont désaffectées au niveau industriel.  Une sorte d'incompatibilité lorsque l'on sait les dangers (incendies, chimiques,...) que certaines industries représentent au niveau des zones fortement peuplées.  L'aménagement du territoire a très bien anticipé ces changements d'orientation en prévoyant des zonings adaptés à chaque type d'activités. 

Verviers a perdu son industrie lainière installée principalement en bord de Vesdre (donc en fond de vallée) et mélangée à des zones d'habitats.  L'eau et la force motrice "rivière" n'étant plus indispensables à d'autres industries, c'est logique que tout un secteur soit resté en friche, ou ait été squatté par d'autres activités souvent liées au secteur tertiaire.

Quant à l'accès à ces entreprises enclavées dans un tissu urbain très serré, n'en parlons pas... ou plutôt si... Avez-vous déjà vu un semi-remorque moderne manoeuvrer dans certaines anciennes rues industrielles? La galère... et cela ressemble à l'arrimage de la navette à la station orbitale au niveau des marges de manoeuvre!  Regardez encore (cela devient de plus en plus rare) les camions qui débarquent les véhicules neufs au niveau des concessionnaires automobiles en ville.  Ils n'ont aucune place, et la circulation est souvent gênée, surtout lorsque bus et autres camions doivent se croiser. En dehors des grands axes routiers (ring,...) le tissu urbain n'est plus adapté aux "grosses" entreprises ou à celles qui désirent se moderniser.  Au niveau automobile, on remarquera un regroupement sectoriel vers le zoning de Petit-Rechain. Il suffit souvent d'un cas pour que les autres emboitent le pas.

Alors que faire?  La ville est-elle condamnée à ne devenir que des dortoirs avec ses lits superposés en quartiers "chic" ou "choc", ses zones de quasi non-droits,  ses piétonniers reconvertis en terrases, ses commerces ou du moins ce qu'il en reste (pour autant qu'ils n'aient pas encore été transférés en périphérie)?

Je pense que dans tout cela, on ne tient jamais assez compte des signes annonciateurs de changement (ce que j'appelle des "indices de terrain" et non de salon) qui encourageraient à anticiper l'avenir. 

Pour Verviers, je ne prendrai qu'un exemple et surtout ne riez pas... Prenons l'exemple du chemin de fer.  En son temps, la fermeture de Verviers-Ouest aurait pu être prise comme inquiétante.  Plus près de nous, la décision d'abandon de la ligne de vallée et de Verviers-central par le TGV était un autre électro-choc. Une bonne chose pour les liaisons ferroviaires "internationales", mais une catastrophe pour Verviers.   Desama qui était à l'époque député européen, qu'a-t-il fait pour Verviers? Quelles compensations?  Cela fait plus de six ans qu'il est bourgmestre, et la majestueuse Verviers-Central sera réduite à devenir une gare de tortillards comparable à la gare de Spa! Demandez l'avis aux navetteurs verviétois sur l'avenir de leurs liaisons ferroviaires...

Eh bien, avec les entreprises situées en ville, c'est identique au chemin de fer.  Elles ont plus facile et surtout moins de contraintes à s'implanter en site "propre".  C'est identique au niveau de la mondialisation: au plus vous diminuez les contraintes (fiscales, environnementales, sociales,..) au plus vous facilitez la création et le développement d'entreprises.

N'oublions pas aussi que Verviers a connu un boom industriel et démographique hors norme durant les deux derniers siècles, et donc qu'en retirant un élément (industrie) tout en gardant l'autre (population), on en arrive presque logiquement à un déséquilibre plus social qu'économique.  Verviers aurait dans un certain sens un déficit en capital industriel alors qu'elle aurait une "surcapacité" en capital humain. 

Dans ces cas, il n'y a qu'une "révolution" des mentalités qui pourrait rééquilibrer le marché.  Si les entreprises se doivent d'être compétitives dans leurs coûts, pourquoi le travail échapperait-il à cette règle dès lors que nous sommes ouverts à la concurrence européenne "large" mais aussi mondiale?

Comme lorsque vous faites vos courses, tout est une affaire de prix.  Quel prix, combien cela coûte?  Pour un travailleur, c'est kifquif!  Vous exigez la meilleure qualité au meilleur prix!

Serait-il imaginable d'avoir une chaîne de production automobile à Ensival, le berceau de l'automobile belge? Ou dans les environs?  Et pourquoi pas... Faudrait d'abord ouvrir les yeux et voir qu'on n'a plus les monopoles d'autrefois.  Faudrait surtout mordre sur sa chique...

gare bus i

Les "essentielles de l'évidence":
1) "Gloire et décadence":
dès qu'une chose entre dans un "patrimoine", cela sent souvent le roussi!
2) "Si vous ne prenez pas le bon bus à la bonne heure et en marche, faudra pas vous plaidre d'arriver en retard!".

16:28 Écrit par nic dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/12/2006

Verviers: vers une nouvelle mobilité?

Vous connaissez tous les panneaux de signalisation qui nous renseignent sur la mobilité au centre-ville.  En voici un exemple lorsque vous arrivez de la trémie à la place du Martyr.

mobilité i

Or un nouveau plan de mobilité serait à l'étude.  Application prévue: décembre 2007 avec suppression du passage par la trémie. Une bise piquante favorable m'a fait parvenir en exclusivité l'ébauche d'un des panneaux qui sont déjà en bonne voie de confection...  Allais, bonne déroute!

mobilité 2 i

15:18 Écrit par nic dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/12/2006

Verviers: rouge PS ou bleu MR?

Nous avons des yeux et c'est pour voir! Et en couleurs même si certains ne voient qu'en rouge ou en bleu!

verviers 128 psi

En reportage à Verviers, voici ce qu'une caméra de la RTBF verrait en mode PS et MR.  Vues authentiques, car il semblerait que ce ne soit pas de la fiction...  La couleur unique, c'est un peu comme la pensée unique!

verviers 128 mri

Passons maintenant en mode "citoyen" ou "monsieur et madame Tout le Monde". 

verviers 15dec2006 093 i

Ho, on ne va pas se priver d'admirer les illuminations de fin d'année.  Que cela consomme un peu ou beaucoup d'électricité, moi je trouve que le courant passe bien entre tous ces décors lumineux et mon état d'esprit hivernal.  Nous ne sommes tout de même pas des taupes! Déjà qu''ils veulent nous recouvrir la rivière avec leur bunker et leur trou à rats dans lequel devrait couler la Vesdre.

23:35 Écrit par nic dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

14/12/2006

Verviers Vesdre: illumination des quais

C'est la saison des illuminations, tout le monde le sait.  Aussi en bord de Vesdre, mais uniquement au niveau du quai de la rue Jules Cerexhe, alors que d'autres endroits de la rivière mériteraient d'aussi beaux jeux de lumière. 

verviers 14dec2006 048 i

Au risque de me répéter au gré des saisons, la rue Jules Cerexhe est un très bel exemple qui doit nous inspirer et qui devrait guider les autorités communales à reconnaître la qualité de cette mise en valeur de cet espace urbain bordant la rivière.

verviers 14dec2006 042 i

Une preuve supplémentaire de l'exceptionnel patrimoine "4 saisons" que représente une rivière dans la ville. 

Quant aux rives "Spintay-Marteau", elles doivent être valorisées dans le même ordre d'idée que l'a été l'espace "quai et rue Jules Cerexhe". Et dire que certains s'efforcent à trouver tous les défauts à cet endroit de leur ville!

verviers 14dec2006 116 i

Aménager, embellir l'espace rivière, voilà une priorité qui apporterait encore plus d'atout touristique unique à une ville qui se veut la capitale de l'eau de la Wallonie...

20:14 Écrit par nic dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

13/12/2006

Verviers: indice commercial "lumineux"

Voici encore un autre axe d'entrée en ville et qui aboutit à la Place du Marché (Hôtel de Ville) - Centre Commercial de l'Hôtel de Ville.

verviers cchv 034 i

Comme Spintay, cet axe est entrant (à sens unique). Comme Spintay, la rue est historiquement commerciale et majoritairement composée de très petites cellules commerciales de type commerce indépendant traditionnel.  Ici aussi, on observe un certain "vide" au niveau de plusieurs vitrines.  Il est évident que lorsqu'un commerce ferme boutique, c'est qu'il n'a plus assez de clientèle. Et pourtant, il y a toujours autant de monde qui passe dans la rue! Mais où sont passés les clients qui fréquentaient régulièrement ces commerces?  Ont-ils disparus? Le public a-t-il changé?  Ou changé d'habitude?  Les produits correspondent-ils toujours à la demande actuelle?  Une question de choix, de prix, de parking? ... Bref, les réponses sont complexes et chaque commerçant a bien sa petite vision du problème.  On ne peut que se réjouir de la revitalisation planifiée de tout ce quartier!

Je pourrais vous dire une chose assez surprenante.  Si certains économistes ont créé dans les années 90 un indice "big mag" en fonction de son prix "universel", j'ai découvert à Verviers (cela aurait pu être autre part) un élément qui pourrait me permettre de créer un nouvel indice commercial.  OhO... ben ça alors!

Oui... et en plus c'est gratuit alors que des bureaux d'études arriveraient sans doute aux mêmes conclusions (si pas pire) mais au prix de quelques milliers d'euros.  Il suffisait de créer l'indice d' "illumination", non pas pour ma part, mais pour la rue à étudier. 

C'est simple, "au plus vous illuminez une rue, au plus vous attirez les regards et les curieux" (cela se vérifie en cette période de fin d'année avec les jardins et façades décorées de rennes et pères noël lumineux à un point tel que les voitures ralentissent ou s'arrêtent!!!) et donc le potentiel de se faire une nouvelle clientèle ou de la relancer.  Le principe est simple: pour une même ouverture du diaphragme, vous observez la vitesse de l'obturateur (temps de pose) que prend votre appareil photo et vous aurez directement une échelle des bons et mauvais endroits, des favoris et des délaissés.

En conclusion, l'indice "illumination" est quasi nul en Spintay.  C'est beaucoup trop sombre à ne pas donner envie de s'y attarder.  Pourquoi la Ville ne place-t-elle pas plus de guirlandes lumineuses dans cette rue défavorisée commercialement?  ça mettrait un peu plus d'ambiance.  Je n'ai relevé que... trois guirlandes entre le pont des Récollets et la rue de la Montagne! Voyez la photo du dernier message sur Spintay.  (on va sans doute me dire que ce sont les riverains qui doivent financer les guirlandes et la facture d'électricité, mais dans les zones "économiquement faibles" les pouvoirs communaux pourraient faire des efforts). 

Un autre indice pourrait être établi avec le nombre de bus qui passent dans les rues.  Le calcul est vite fait pour Spintay...

Allais, mobilisez-vous pour la mobilité!

00:55 Écrit par nic dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |